La conscience des pierres

Une histoire de voyage liée aux pierres, à leur conscience, à leur cadeau…

 

Plus que deux semaines avant le départ. La date fixée était en juillet mais je pars un mois plus tôt. Moi qui pensais partir vers le sud, les Cornouailles me rappellent. Soit, j’y vais avec plaisir. Depuis le temps que je souhaite découvrir la roue médecine, voilà l’enseignement qui vient à moi.

J’ai mis la majorité de mes affaires en participation libre. Presque tout part. Le grand tri pour une nouvelle vie.

Je garde quelques objets sacrés pour lesquels la question ne se pose pas.

Alors que je cours un peu partout, la labradorite effleure ma conscience. Tout s’arrête et je me retrouve à la regarder, comme hypnotisée. Achetée il y a un an, elle m’a merveilleusement accompagnée durant toute l’année dans les soins comme dans mon processus personnel. Elle fait partie de ces pierres qui vous choisissent. Le matin même de cette rencontre j’avais entendu la petite voix intérieure qui me soufflait le mot « labradorite ». Je m’étais dit: quand ce sera le bon moment, la bonne pierre croisera mon chemin. Aussitôt dit, aussitôt fait. En la voyant, j’ai su que c’était ELLE.

A l’idée de la mettre dans un carton mon cœur se serre. Ca n’est pas sa place.

Je la prend dans mes mains, la met près de mon cœur et au milieu de mon tumulte intérieur d’avant le départ j’essaie d’écouter ce qu’elle veut me dire. « Fait passer », tout simplement. Elle doit continuer son voyage elle aussi. D’accord, je la met en vente. Je sais que la personne qui la choisira sera la bonne.

L’annonce se diffuse, tout le monde la trouve belle mais personne ne l’achète. Le départ approche et elle est toujours là, sur l’autel. Un matin de multi-activité carton, liste, tri elle m’appelle de nouveau.

labradorite

Je me pose, je respire, demande si j’ai loupé une info. Son énergie me touche, coule en moi. Puis je comprends. Elle veut partir avec la formatrice, en Cornouailles. Mon cœur fait un bond, je sais que c’est juste. Mon mental, lui râle un peu car elle fait 2 kilos et j’aurai déjà ma maison sur le dos. Mais soit.

C’est donc avec joie qu’arrivée à destination je joue mon rôle de passeuse et la destinataire reçoit ce cadeau avec gratitude. Elle m’annonce deux jours plus tard que la pierre veut venir avec nous sur le lieu de la formation, chez L. Ce lieu est grand, doux et puissant, entre rivière plaines et forêt. Les directions de la roue ont déjà été ouvertes ici et cet espace est éveillé. On le sent dès qu’on arrive.

La labradorite prendra la place de la direction du Sud sur les autels sacrés pendant le temps de la formation. L. sent instantanément un lien très fort avec la pierre.  Quelques jours après, alors que je suis étendue sur un canapé, pas très loin de la pierre, je sens sa présence dans ma conscience. « Je suis passée » me dit-elle. Je sens qu’elle se dépose en moi, dans mes corps énergétiques, comme un cadeau. Bien au-delà de la matière je sais que le lien restera entre nous.

A peine 10 minutes après, la formatrice à qui j’avais offert la pierre me dit qu’elle est passée, qu’elle restera sur le lieu, avec L. pour prendre sa place dans les directions.

Cette phrase de mes guides si souvent entendue me revient : « Rien ne nous appartient, nous sommes tous des passeurs. ». Je me sens enveloppée de douceur et je remercie.

Avant de partir, L. me fait un cadeau sacré, directement en provenance du coeur, en lien avec le lieu, et me remercie d’avoir su écouter le message de la pierre pour qu’elle arrive ici. Je suis vraiment très émue. Et tout le chemin intérieur parcouru cette semaine me montre que je suis sur la bonne voix. Merci.

candor

Je continue mon voyage en Bretagne entre mer et forêts magiques jusqu’à l’arrivée chez une de mes tantes avec qui nous partons marcher en forêt de Brocéliande. Au début de balade une petite boutique est ouverte et je ne résiste pas à l’envie d’aller faire un tour pour voir les figurines de fées et lutins, jusqu’à ce que je tombe sur une vitrine de bijoux avec des labradorites montées en bague. Tout à coup j’ai un pincement au cœur et je me rends compte que la labradorite me manque. Mais je n’ai pas les moyens de m’acheter une bague, puis je sens que ce n’est pas juste, ça n’est pas le moment. Peu importe. Nous partons marcher puis j’oublie.

Le soir, en parlant de mon voyage je raconte l’histoire de la labradorite. Une heure après ma tante revient avec un petit sac en tissus et me dit que mon histoire l’a inspirée. Elle a une bague qu’elle ne porte presque pas et quand elle m’a entendue elle s’est sentie inspirée pour me l’offrir. Quelle émotion ! « Elle a peut-être envie de voyager, puis dessus je vois l’image d’un bateau qui prend le large » me dit-elle. Magnifique cadeau !

bague

Quelques semaines après, me voici au bord du Loch Fyne, en Ecosse. Là où je loge il y a, dans la véranda qui donne sur le loch, une vitrine avec différents objets (cailloux peints et bijoux) que mon hôte vend aux clients. Tout en bas il y a une corbeille avec différents cristaux. A ce moment-là, l’énergie cristal est très présente dans mon processus intérieur. Puis un jour que je regarde ces petites pierres lumineuses,mon cœur bondit de joie et je me sens enveloppée de douceur.

Je demande à la maîtresse des lieux si les cristaux dans la vitrine sont en vente ? Malheureusement pour moi, non. Tant pis, je me dis que le cristal voulait juste me faire un clin d’oeil et j’accueille cette petite connexion avec gratitude. Une heure plus tard elle me demande lequel m’a plu. Je lui montre, elle ouvre la vitrine et m’offre le cristal.

cristal

« Les pierres ne nous appartiennent pas, me dit-elle. Si il t’a appelé, c’est qu’il doit venir avec toi, ça n’est pas moi qui décide. » Autant vous dire que j’ai eu les larmes aux yeux et qu’elle a eu droit à un énorme câlin !