Bilan de 6 mois

Déjà 6 mois que j’ai fait le choix de partir, de changer de vie.

On en finit jamais de grandir et on ne sait jamais ou nos rêves vont nous emmener. Au départ je n’avais absolument pas prévu de venir aux Canaries, et ça deux mois maintenant que je découvre cet archipel magnifique, splendeur de la notre belle planète.

Ces 6 mois ont été d’un intensité que par chance je n’avais pas imaginé avant de partir. J’ai fait des heures de bus (beaucoup), du stop, pris l’avion, le bateau. J’ai vu des paysages magnifiques, pleuré plusieurs fois, jeté mon sac à dos par terre en hurlant contre tout l’univers tandis que je boitais parce qu’un nerf s’était coincé dans le pied. Le tout sous la pluie en train de chercher un hôtel qui n’existait pas (et oui deux villes avaient le même nom). J’ai gravi une côte infinie et d’apparence très verticale dans la campagne anglaise avec le même pied coincé et 20 kilos sur le dos.

J’ai rencontré les étendues écossaises pour mon plus grand plaisir, ai revu les Cornouailles, les belles forêts anglaises, fait un tour en Bretagne et le sud de la France, et continué avec une virée Andalouse pour atterrir dans l’archipel.

Bien sûr sur la route j’ai fait pleins de câlin à des arbres.

EINO3495

J’ai expérimenté les ascenseurs émotionnels en mode turbo et ce plusieurs fois. Je me suis sentie seule au monde pour, quelques semaines après, prier pour avoir un peu d’espace vital. D’ailleurs c’est à ce moment-là que la touche « espace » de mon ordinateur a lâché. Mais l’univers avait tout prévu et le lendemain, je trouvais ce clavier de voyageur, pliable et waterproof, le tout à 3 euros s’il vous plaît:

le clavier de secours

J’ai fait des rencontres merveilleuses, qui restent dans le coeur pour toujours même si les visages s’effacent. D’autres rencontres magiques et mystiques et d’autres encore qui feront d’excellents personnages de livre.

J’ai traversé des doutes gros comme des montagnes, failli renoncer quelques fois. J’ai eu pleins de nouvelles idées et essayé de toutes les mettre en place en même temps sans comprendre pourquoi ça ne marchait pas. Des petits et des gros moments de désespoir, surtout beaucoup d’émerveillement et le coeur qui déborde de joie. J’aurais voulu en faire plus mais j’apprends encore et toujours à respecter le rythme du corps et de l’esprit.

Je me suis dit bien plus souvent que j’avais fait le meilleur choix de ma vie que le contraire. Quand la certitude d’être exactement au bon moment au bon endroit me traverse c’est comme un nectar de bonheur. Alors je me remplis de ces moments divins et l’envie de voir ce qu’il y a juste après le prochain virage prend le dessus sur les moments un peu difficiles.

Un paysage unique, une rencontre subtile, une rencontre humaine, une onde de paix nouvelle qui vient effleurer la conscience et c’est tout l’être qui vibre son chemin intérieur. Juste pour la grâce de ces instants magiques et parfaits qui se gravent dans l’âme le voyage me porte.

Tout est là pour grandir. L’âme,  elle, le sait quand la tête l’a oublié.

Et enfin au bout de presque 7 mois, les choses s’organisent, des résistances se sont évaporées, et je découvre encore un nouveau champ des possibles. On ajuste, on apaise, la vie devient plus douce et plus fluide.

Gratitude d’être là sur cette Terre.